Nature

Vers une évolution ou une révolution alimentaire…

Un article paru récemment dans les échos (lien ici: https://www.lesechos.fr/industrie-services/conso-distribution/lessor-inexorable-des-alternatives-a-la-viande-1029495), prédit la fin de la consommation de la viande telle que nous la connaissons dans les 20 ans.

En effet depuis 10 ans la consommation de viande rouge a baissée de 12%. Les pronostics sont que d’ici une vingtaine d’année 60% de la viande consommée ne sera pas d’origine animale.

Des alternatives…

Les alternatives sont connues pour les végétariens et pour les végétariens à travers les steaks végétaux. Depuis peu même des nuggets à base de pois sont développés et commercialisés.

Là où la révolution va vraiment se passer c’est dans l’élaboration de viande en laboratoire. Comprenons bien que : de la viande va être créer en laboratoire, c’est déjà le cas, mais le coût de production est encore trop élevé pour être commercialisé. Il est estimé qu’avec l’évolution technologique des dix prochaines années, la viande de laboratoire connaîtra une croissance de 41% par an ! Selon ATKearney (cabinet de consulting) ces nouvelles viandes non animales dépasseront la consommation des substituts végétaux d’ici 2035 à 2040 ! Tout cela est le résultat d’une étude menée sur plusieurs pays comme les Etats Unis, l’Inde et la Chine. Les consommateurs se sont dit prêt à consommer cette viande qui reste de la viande mais avec un impact environnemental moins important…

Un futur plus proche que prévu

Mais le futur frappe plus vite que prévu à nos portes… Les autorités américaines ont déjà autorisé la commercialisation de ce type de viande. Donc comme souvent, si les Etats-Unis autorisent une chose, d’autres pays moins scrupuleux n’auront aucuns soucis pour autoriser ce type de produits.

Le positif de ce type de nouvelle

La chose positive dans ce type de nouvelle c’est que l’on peut voir que les consommateurs de viande, pour une écologique ou économique consomment moins.

On peut alors présumer que si la consommation de viande baisse, la productivité au rythme industrielle que l’on connait aujourd’hui va connaitre une baisse. On peut alors émettre l’hypothèse que la production de viande animale dans les années à venir sera faite plus à une échelle humaine. Comme cela a pu être dans les années passées avant l’industrialisation. Cependant la viande animale risque de devenir un produit de luxe. Avec une production moindre, un respect de l’animal un peu plus soutenu et un coût d’entretien plus fort… La consommation sera moindre et plus chère mais plus consciente. Nous pourrions alors nous diriger vers un type de consommation flexitarien. Mais cela reste des hypothèses…

Philosophie alimentaire = Philosophie de demain

Si on prend cet article comme une prédiction exacte, c’est au niveau philosophique que le problème se pose. En effet, tout d’abord, le fait de parler de steak végétal est une ineptie totale, les végans et les végétariens qui cherchent à tout prix à trouver un substitut de ce qui existe déjà, n’ont aucune culture ou tradition culinaire dans leur mode de consommation et j’en parle dans l’article juste ici (lien ici : https://curieux-par-nature.com/existe-t-il-une-tradition-culinaire-vegan/ ).  Pourquoi appelé steak une préparation végétale à base d’haricot, de lentille, ou de pois ? Est-ce par rapport à la forme ? C’est alors plutôt ridicule si c’est le cas. Le steak est une partie du bœuf, le steak haché et ce qu’on en fait. Sans vouloir donner des idées aux industrielles et aux végans cela pourrait s’appeler « un gourmand » ou encore « un palet » ou encore « un délicieux »… La langue française est assez riche pour ça.

En ce qui concerne ces substituts de viande fabriqué en laboratoire, quel est le message derrière cela ? « Ami végétalien et végétarien regarder ce n’est pas de l’animal, c’est de la viande, vous n’avez plus aucune raison de nous faire votre discours pour manger de la viande. Aucun animal n’a été tué ou maltraité. C’est le produit d’année de recherche et d’une technologie qui arrive à reproduire la texture et le gout de la viande. Donc vous pouvez consommer maintenant ! »

C’est à ce moment là que les faux végétariens et végétaliens montreront leurs vrais visages. Et que nouveau type de mode alimentaire naîtra, contre cette évolution technologique des aliments.

Trop de questions en suspend

La question est la suivante : Nous savons que la consommation de viande est aujourd’hui une source pollution, de déséquilibre environnemental et de maltraitance animale. Nous savons aussi qu’il faut réduire voire même arrêter de consommer de la viande de bœuf. Alors pourquoi ne pas arrêter tout simplement ? Les premiers hommes consommaient du mammouth… A partir du moment où ils n’en n’ont plus trouvé, ils n’en n’ont plus mangé… Pourtant l’extinction des mammouths n’a pas été dû qu’aux hommes. Les hommes ont inventés l’élevage et l’agriculture. De cueilleur, ils sont passé à chasseur-cueilleur, puis à éleveur-cultivateur. Je ne vais pas faire un cours sur l’évolution…

Le rôle de l’être humain

L’être humain est au sommet de la chaîne alimentaire… Il est selon certains philosophes doté d’une conscience et de la pensée, ce qui le rend soi-disant supérieur. Mais pourquoi l’être humain, ne fait-il pas fonctionné cette conscience et cette pensée alors ? Pourquoi utiliser des substituts de viande alors que la viande reste un produit unique ? L’alimentation ne peut-elle pas trouver une nouvelle évolution plus naturelle à l’homme ? Pourquoi croire qu’en fabricant de la viande en laboratoire on se donnera bonne conscience ? Combien d’énergie seront nécessaire pour créer cette viande ? Quel sera le réel impact environnemental de ce type d’industrie ? Comment le corps humain réagira à ce type de produit non naturel ?

L’être humain à tendance à oublié qu’il vient de la terre, qu’il vient des éléments que notre environnement propose et que c’est avec cet environnement qu’il doit composer. La technologie veut remplacer la nature… Et c’est certainement une mauvaise utilisation de la technologie.

Plus de simplicité

Si dans les années à venir, la viande se fait rare, alors il sera peut-être temps de ne plus en manger. Et sans doute de trouver dans la nature ce qu’elle a nous proposer. Et pourquoi ne pas prendre exemple sur nos cousins animaux ? Peut-être as t-on des choses à apprendre dans leur mode de consommation, ce que nous aurions sans doute dû toujours faire.